06 89 25 00 95 contact@grapho-epb.fr
Sélectionner une page

Vous vous demandez comment réaliser le CV parfait gratuitement ? Tout d’abord, posez-vous la question suivante : qu’est ce qu’un CV parfait ? A quoi ça sert ?

Le CV parfait a une fonction et une seule : vous permettre de décrocher un poste. Peu importe que nous parlions ici d’un poste d’avocat, de vendeur de légumes bio ou de basketteur professionnel. La question n’est pas de savoir si vous valez mieux que le voisin.

Vous êtes tombé sur une offre pour un job de rêve ? Très bien. 50 personnes l’ont vue avant vous. Parmi elles, des personnes plus qualifiées, moins qualifiées etc., mais surtout : des personnes qui savent mieux se vendre. C’est elles que nous allons étudier ici, finalement. Parce qu’il va falloir être encore plus convaincant.

Tout d’abord : prenez conscience que votre CV, s’il est bien fait et atteint son but, va changer votre vie professionnelle. Cela mérite de s’attarder cinq minutes sur la question.

Je vous invite donc à faire l’exercice suivant, avant toute rédaction.

Isolez-vous, méditez un moment et posez vous les questions suivantes :

  • En quoi consiste ce métier ?
  • En quoi il me plairait de le faire ?
  • En quoi je suis la personne idéale pour ce métier ?
  • En quoi je ne suis pas la personne idéale pour ce métier ?

Ecrivez en gros sur un morceau de papier ces 4 questions, et les premières réponses qui vous sont venues en tête. C’est votre brainstorming, la base du travail qui va suivre.

Comment créer gratuitement le CV parfait :

I : la forme

1) Principes de base :

Ok première donnée : nous sommes en 2018. Matrix est donc sorti il y a près de 20 ans, et le Godfather of Soul nous a quitté il y a 12 ans. Vous me suivez ?

Je l’écrivais il y a peu dans un article : nous sommes déjà dans le futur. Il faut nous adapter à ce monde, surtout lorsqu’on pense au monde du travail : les machines, l’automatisation de masse et la vitesse de partage des données ne jouent pas nécessairement en votre faveur. Il va falloir tirer votre épingle du jeu.

Tout d’abord : à la poubelle Word, et à la poubelle cette ignoble police de caractère « Times new roman ».

On les a plus vu que Derrick à la télévision, et les employeurs n’en peuvent plus. Ca fait des années que les conseillers emplois nous le disent, il faut maintenant commencer à les écouter, et là encore, peu importe la nature de l’emploi recherché. 

Parce que commencer votre candidature en ennuyant mortellement votre futur patron n’est certainement pas la meilleure des choses à faire. N’écrivez pas en Times New roman. Jamais. Et n’envoyez plus jamais de fichier Word pour une candidature.

Voilà. Vous venez déjà d’éviter deux erreurs fondamentales.

 

2) Un CV en bonne et due forme :

Pour les aficionados de Word, donc (oui, oui, vous, là, qui rougissez) : il existe nombre de sites internet vous proposant des formes gratuites, réalisables en 3 minutes chrono, et qui vous proposeront une version de votre CV à vous en faire pâlir d’envie.

Vous voulez des liens ? Les voici :

 http://www.creerunCV.com/exemple-de-CV/design/

 https://CVdesignr.com/fr/

Mais n’allons pas trop vite en besogne : je vous invite tout de même à lire la suite de cet article, pour savoir quelle forme choisir

3) Comment bien choisir la forme de votre CV ?

Tout d’abord, comprenez votre interlocuteur.

La première question, pour laquelle vous avez déjà la réponse puisque, évidemment, vous avez fait le petit exercice préparatoire que je vous conseillais au début de cet article est la suivante : en quoi consiste le travail pour lequel vous postulez ?

Est-ce que c’est un travail de communicant, pour lequel il va vous falloir un CV super design et graphique, ou, par exemple, un emploi de juriste, pour lequel sobriété et « classe » seront primordiales ?

Projetez-vous, autant que possible, dans la tête de votre interlocuteur, c’est-à-dire votre futur patron : prenez toutes les infos possibles sur lui, son poste, son entreprise : LinkedIn, Viadeo, tout est bon à prendre, même Facebook et autres.

Stalkez son environnement, devenez détective de la moindre information (« stalk» ?).

La pertinence du choix de votre CV dépendra de votre capacité à comprendre votre interlocuteur. C’est d’ailleurs, la base de toute communication réussie.

 

4) Démarquez-vous !

Si vous arrivez bien à visualiser votre futur patron, vous parviendrez sans doute à imaginer son bureau. Que voyez-vous sur ce bureau ? Une pile énorme de CV. Leur nombre est un problème bien sûr : ils sont autant de chances de ne pas atteindre votre but.

Nous le disions tout à l’heure : n’utilisez surtout pas Word (jamais, jamais). Pourquoi ? Parce c’est d’un ennui mortel. C’est moche. C’est fade. Votre but à vous, c’est que votre CV soit l’équivalent d’un rayon de soleil dans la lourde pénombre du bureau de votre futur patron.

Il faut qu’il lui fasse l’effet d’un sourire chaleureux, ou une forte impression de confiance. Cela passe d’abord par la forme.

La bonne nouvelle ? Tous ces CV sont identiques, dans une certaine mesure.

C’est pourquoi, si je vous ai donné plus haut des sites sur lesquels vous pouvez créer gratuitement un beau CV, je dois maintenant vous avouer ceci : aucun ne vaudra celui que vous vous êtes créé vous-même.

Si les mots « photoshop » ou « gimp » ne sont pas des barbarismes futuristes pour vous, il est temps de vous y mettre.

(ci-dessous une photo d’un tigre perruche, sur laquelle je suis tombé en cherchant une illustration pour « barbarisme futuriste ». Ne me jugez pas)

 

5) démarquez-vous… mais pas trop non plus hein

Le secret de la réussite, ou de la vie en général, est dans la juste mesure.

Les fonds-ananas ou les couleurs ultra-criardes sont à réserver à des publics avertis.

6) Quelle police de caractère utiliser pour votre CV?

Là encore, puisque vous avez juré de ne plus jamais vous servir de Times new roman, vous avez l’embarras du choix. Favorisez bien entendu une police lisible, pas trop bariolée.

Vous pouvez utiliser une police de type « manuscrit », mais uniquement pour l’information centrale (nom et prénom ou poste recherché), et une seule fois seulement. 

Exemple sur ce CV (il est fictif, rassurez-vous) :

NB : le bon gout sera une donnée importante. Evitez le rose, surtout si c’est l’unique couleur présente sur votre CV (ça peut faire un effet contrasté sympa dans d’autres cas, mais c’est toujours un peu dangereux).

7) Doit-on mettre une photo sur son CV ?

Ca fait des générations qu’on ne sait pas trop si oui ou non il faut mettre une photo sur son CV. Votre voisine de gauche dit oui, votre voisin de droite dit non. Sans doute que la seule conclusion à en tirer est la suivante : ça n’est absolument pas important.

Si vous faites partie des 0,5% de la population à considérer que votre visage est photogénique, vendeur et convaincant (ou si vous postulez pour un emploi de modèle photo ou pour un casting cinéma, mais était-il vraiment besoin de le préciser ?) alors allez-y.

La seule question à se poser dans ce cas  est : « est ce que ça renforce ma candidature ? ».

8) Doit-on mentionner son âge sur son CV ?

Il y a deux cas pour lesquels mentionner son âge sur son CV peut être dangereux : si vous êtes trop âgé, ou si vous êtes trop jeune. La difficulté de la recherche d’emploi senior est un vrai problème, tout comme le fait de parvenir à acquérir de l’expérience lorsqu’on n’en a pas.

Personnellement, je rejoins à ce sujet ce qui est dit par Pierre Manificat, responsable du pôle recrutement au sein de JLO Conseil sur cadreemploi.fr : «  Pour un senior susceptible d’être discriminé sur le critère de l’âge, il est légitime de ne pas dater ses diplômes par exemple, de ne pas mentionner toutes ses expériences professionnelles mais seulement celles des 10 ou 15 dernières années. Le CV ne doit pas être un catalogue mais une synthèse des points forts du candidat. »

 

9) Doit-on mentionner son adresse sur son CV ?

Ici encore, il n’y a pas de règle absolue, simplement un principe important pour vous qui rédigez votre CV : cela appui-t-il votre candidature ?

Le fait est que bien souvent votre CV risquera de se voir recalé parce que vous habitez trop loin, ce qui représente aux yeux de votre patron un risque supplémentaire de pénibilité ou de manque de ponctualité (grèves, embouteillages, etc).

Par ailleurs, on sait la discrimination qu’il peut y avoir si vous venez d’un quartier chaud : l’info peut sembler anodine, mais ce n’est pas le cas pour votre employeur. Votre CV pourrait être génial, si cette seule mention risque de créer une crise de parano chez votre employeur, évitez de la mettre.

 

10) Que se passe-t-il dans la tête de mon employeur potentiel ?

Pour en finir sur la question de la forme de votre CV, je voudrais ici vous glisser un lien, qui vous donnera une meilleure idée de ce qui se passe dans la tête de votre employeur potentiel.

Puisque nous sommes en 2018, vous vous doutez bien que des gens ont analysé, à la lumière de la technologie, les aspects les plus fondamentaux du processus de lecture d’un CV.

Le Eyetracking, c’est l’étude du mouvement des yeux, laquelle s’applique en l’occurrence à celui des yeux de votre patron, qui parcourt votre CV. Zones chaudes et zones froides.

 Jetez un œil là-dessus :

Maintenant que votre CV a une forme parfaite,  passons au fond.

II ) le fond

 

1) Les fautes d’orthographe.

J’ose espérer ne pas avoir besoin de le préciser. Mais je le précise quand même : il est absolument intolérable de laisser des fautes d’orthographe sur un CV. Absolument. Utilisez un correcteur orthographique, faites relire votre CV par un ami ou appelez un expert absolu en la matière.  Mais ne laissez jamais une faute sur votre CV.

C’est votre Bible, votre carte d’identité. En une centaine de mots votre employeur doit se faire une idée de votre profil. Laisser une faute ici est une marque claire de je-m’en-foutisme.

Telle est l’image qu’aura celui qui vient de décider qu’il ne serait pas votre patron.

2) Quelles sont les données utiles sur un CV ?

Vous avez aidé tonton Bernard à cueillir les cerises pendant l’été 74 ? Vous avez gardé les petits de votre voisine plusieurs soirs par semaine pour payer votre permis de conduire ?

C’est très bien. Mais inutile, à moins que le métier pour lequel vous postulez ne soit en lien direct avec ces expériences.

Un bon CV c’est un CV aéré, sur lequel votre employeur va passer maximum 40 secondes. Ne l’encombrez pas d’informations inutiles.

A ce propos il n’existe aucune règle fondamentale concernant la mention des « hobbies ». Moi j’ai plutôt tendance à ne pas les mettre, mais l’inverse peut se justifier, surtout si cela vient renforcer le caractère tenace, créatif ou novateur de votre profil.

Je vous propose ici une autre infographie très parlante. C’est à la lumière de ce schéma que vous devriez décider à quelle section il est nécessaire de donner de l’importance. N’oubliez pas que le temps total n’excédera généralement pas 40 secondes.

3) Quels mots-clés pour votre CV ?

Nous commençons là à entrevoir ce à quoi devra ressembler votre CV, les parties sur lesquelles insister, et celles qu’il vaudrait mieux ne pas mettre du tout.

Entrons maintenant dans le vif du sujet avec ce qui sera à la base de votre communication : les mots-clefs. Nous l’avons répété plusieurs fois, un bon CV = communication = vente.

Pour vendre, il faut présenter à son interlocuteur le produit qu’il désire.

Le meilleur moyen consiste donc à le convaincre qu’il désire votre produit.

Utilisez les bons mots, rassurez votre futur patron. Plongez-le dans un contexte à la fois étonnant, stable, actuel, et synonyme pour lui de rentabilité professionnelle.

D’après Zip Recruiter et une étude axée uniquement sur les mots-clefs des 3 millions de CV constituant leur base, vous avez 70% de chances de plus de vous faire remarquer en utilisant les mots-clefs suivants :

  • Expérience
  • Management
  • Projet
  • Développement
  • Business
  • Compétences
  • Connaissances
  • Années
  • Equipe
  • Leadership

Bien entendu, votre premier souci sera de faire en sorte que votre offre corresponde à la demande.

Comment faire ? Voici une méthode toute simple en 3 points :

  • Relisez l’annonce pour laquelle vous postulez.
  • Surlignez-en les mots qui vous semblent essentiels.
  • Insérez ces mots dans votre CV.

Le reste est une question de bon sens. N’oubliez pas que certaines entreprises ont recours à des robots pour lire les CV. Evitez absolument les acronymes et plagiats de contenu !

Vous voilà déjà sur une bonne piste.

4) Quelle accroche pour un CV ?

Dès la première ligne, dès la première seconde (sur 40, n’oubliez pas), votre employeur doit savoir pourquoi il est en train de lire cette feuille de papier qui représente votre existence professionnelle passée, mais aussi future.

Il doit se souvenir de vous. Et il devra pouvoir retrouver facilement votre CV parmi tous ceux qu’il a sélectionné après un premier tri.

La raison de la présence de votre CV doit être une évidence absolue, sans encore parler du contenu.

Trouvez pour cela une accroche efficace, simple mais percutante. En lien avec le métier, et la psychologie du corps de métier visé. Il n’y aura pas beaucoup de choix bien sûr, puisque pour un poste d’avocat, vous n’allez vraisemblablement pas créer une accroche de type « fleuriste engagé ».

Comme je suis absolument d’accord ici avec l’approche de Cadremploi.fr, je vous laisse lire leur article à ce sujet :

https://www.cadremploi.fr/editorial/conseils/conseils-candidature/cv/detail/article/4-exemples-daccroche-pour-son-cv.html

5) Comment et pourquoi tourner son expérience professionnelle à son avantage ?

Maintenant que vous avez la forme et une vague idée du contenu de votre CV (champs lexical à favoriser), intéressons-nous à un processus psychologique « glissant ».

Parfois, pour une raison x ou y, on se retrouve au chômage, on prend une année sabbatique ou on s’entérine dans un boulot qui n’a pas lieu d’être dans notre parcours.

Cela apparait sur votre CV, c’est gros comme une maison.

Evitez de mentir, c’est toujours difficile de garder son sang froid lors d’un entretien. Ce qu’il faut, c’est harmoniser les angles. Vous n’allez bien entendu pas dire « j’ai pris 6 mois pour écrire un livre qui n’a jamais vu le jour » ou pour « profiter de mes enfants ». La raison est bonne, mais là n’est pas la question. Parce que tout ce qui s’apparente de près ou de loin à de l’errance ou à de l’hésitation tournera à votre désavantage.

Trouvez un moyen de rendre perspicace chacune des lignes de votre CV.

Ou évitez simplement de mentionner telle ou telle activité ou année vide.

 

 

6) Attention à votre présence sur internet !

C’est un point crucial. De plus en plus d’employeurs consultent la toile avant de vous engager.

Il existe assez peu de cas où il vous sera bénéfique que votre employeur voit vos talents en limbo, à deux heures du matin, à moitié nu et ivre mort.

De la même façon, si vous êtes du genre à avoir des idées politiques un peu trop appuyées ou des gouts esthétiques particuliers, évitez d’afficher tout cela ouvertement. Soignez votre présence médiatique.

Et une bonne fois pour toutes, apprenez à paramétrer correctement votre mur Facebook et la confidentialité de vos publications.

Voilà l’essentiel pour rédiger un CV parfait gratuitement.

Encore besoin d’un coup de pouce ? Allez, je fais un peu de pub : pour un prix modique, je m’assure moi-même de la perfection orthographique et grammaticale de vos contenus. Cliquez sur le lien ci-dessous.

Grapho Corrections

Finalement, une fois que votre CV sera prêt, favorisez l’envoi en PDF : ça montre que vous ne vivez pas totalement au Moyen-âge (époque durant laquelle certaines personnes envoyaient encore des CV sous format Word).  Et en plus si votre employeur imprime votre CV, ce dernier conservera sa mise en page correcte, ce qui n’est pas assuré pour les autres logiciels.

En manque d’inspiration ? Visitez ce site : Canva/CV